12
jui

Un weekend aux Ardentes : Jour 3

C'est juste une bonne dose de musique, des applaudissements, et de jolies découvertes. La programmation est variée, du rock sautillant mêlé à des groupes méconnus. 

La journée du samedi s'est ouverte sur un groupe belge pop rock à découvrir: Balthazar. De très belles sessions live, les groupes belges ont la côte et la pêche! 

Je vous laisse découvrir une partie de leur talent avec une vidéo acoustique, même s'il n'y a rien de mieux que de découvrir du rock en live. Du rock pas du tout cliché, et qui séduit dès la première écoute, je suis conquise et vous?

Pour écouter d'autres morceaux : leur myspace ici

L'après midi aux ardentes donne lieu à quelques expérimentations, pour ceux qui connaissent les Hoquets, c'est surtout grâce à leur clip "les couques de Dinant" oui, vous avez bien lu, une spécialité locale à nouveau. Un concert tout aussi expérimental, avec des instruments créés sur mesure et un chanteur bien agité. Pour les amateurs de décalés c'est une expérience à ne pas manquer. A l'autre bout des Ardentes, se produisait Carl Barat, le leader des Libertines et des Dirty Pretty Things, un tout autre genre musical, fort de son expérience et de la popularité de ses deux groupes, il a charmé le public des Ardentes, même s'il manquait un je ne sais quoi pour rendre le show parfait.

img_1183.jpgDes découvertes mais aussi des groupes qui se sont déjà produits en Belgique (les Subways ont enflammé le Botanique lors de leur passage), et aussi aux Ardentes (2009). Un groupe qui a déjà trouvé ses aises sur la Mainstage des Ardentes. Cela a été le cas avec The Subways, une petite foule compacte s'est amassée pour bouger sur le rock très animé des Subways, un rock bien rôdé et des morceaux accrocheurs qu'il est facile de chanter à tue tête. Un dernier titre "It's a party" téléchargeable gratuitement en ligne sur leur site officiel.

 

 

 

img_1187.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

Photos: © Dominique Houcmant | goldo

Pour cette journée, il fallait marcher très vite ou choisir son camp: Kate Nash ou les Bikinians, ou opter comme moi pour la moitié de chaque concert. Première demi heure : Kate Nash. La chanteuse anglaise au look improbable est à mille lieues des tubes qu'on a pu entendre à la radio, une voix plus grave, plus rauque, et des changements d'accords. Même "Foundations" est méconnaissable.

Je file voir les Bikinians, je cherche les frères Lontie, mais l'un d'eux s'est jeté dans la foule, il est porté par des dizaines de petites mains et interprète son morceau tout à fait à l'aise dans les airs. Un autre groupe belge à surveiller de près, filez écouter Follow the d.o.t.s si ce n'est pas déjà fait, vous n'allez pas être déçus!

La journée continue et n'est pas prête de se terminer, Asian Dub Foundation a enflammé le HF6. Un très bon live, qui a fait bougé les foules et a créé de bons pogos, avec "History of Now" leur dernier opus. Un groupe qui va plaire à ceux qui aiment faire la fête mais pas seulement, le groupe est actif et parle de sujets sérieux comme l'immigration, et ça pour des clubbers c'est assez rare, à écouter!

ard87.jpgard83.jpg

aur5.jpgard25.jpg 

photos Etienne

Pour la suite de la soirée, j'ai eu l'aide de Christelle Nyarwaya qui a été mes yeux et mes oreilles, et qui a pris attentivement note de tout. Le show de Snoop Dogg, qui fait toujours recette mais qui a du mal avec la ponctualité. Un live qui n'est pas transcendant, mais il a la notoriété et un public conciliant qui a grandi avec ses tubes, et qui obéit sans broncher à ses "When I say yeah you say yeah". Il a repris "P.i.m.p." de 50cents, une autre pointure du Rap US.

La soirée se veut plus électro, avec Sexy Sushi, un autre groupe complètement déjanté! Je vous laisse découvrir l'ampleur du phénomène avec une vidéo de "Marin" "Tu dégages" , un groupe provocateur mais qui sait solliciter les foules! Rebeka, la chanteuse à tendance exhibitionniste se jette dans la foule et c'est à qui l'approchera de plus près. Un groupe qui n'a pas peur de perdre le contrôle et qui sait transmettre sa folie au public. 

img_2043-1.jpg

 

 

 

 

 

© Dominique Houcmant | Goldo

Sans oublier une figure belge qui a son pesant aux Ardentes: Arno. Il a l'habitude de la scène, et ça se sent. Un classique.

Enfin, une autre tête d'affiche: Kele, membre du groupe Bloc Party. Il a interprété un medley des tubes de son groupe Bloc Party: "One more chance" "The prayer" "This modern love" ou encore "Flux". C'est grâce à sa percée solo, qu'on comprend toute l'influence de Kele sur le groupe, et combien il porte l'identité de Bloc party. A ne pas rater si vous êtes fan du groupe et à écouter de toute urgence si vous ne connaissez pas. 

Les photos viennent d'Etienne (le funambule) et du site officiel des Ardentes, profil Goldo.

17:46 Écrit par Aurélie Vothi dans Les Ardentes | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

08
jui

Les ardentes Jour 1 : Lilly Wood & the Prick, BRAIDS, AYO, Selah Sue, Herman Dune, Cocoon, Stromae, Kelis

La liste est longue pour cette ouverture de festivals, pas une minute pour se prélasser au soleil car les groupes se suivent (ce qui n'est pas déplaisant et qui évite d'écourter un bon concert au profit d'un autre, merci les Ardentes pour l'arrangement technique) 

selah sue, BRAIDS, Ayo, herman dune, lilly wood & the prick, live, les ardentes, Parlons surtout musique car l'affiche des Ardentes a de quoi faire pâlir les plus grands festivals belges et glanent quelques 60 000 festivaliers attendus cette année. J'ai pour ma part eu un petit coup de coeur pour le myspace de Braids, le quatuor de Montréal, autant les mélodies de "Native speaker" sont agréables, autant le live m'a laissé une sensation d'inachevé, une chanteuse assez timide qui a le regard ailleurs (bon pour les quelques rescapés qui y ont assisté, c'est compréhensible) bredouillant en français (au Canada il me semblait qu'on parlait français pourtant?) des petits problèmes techniques désastreux pour les oreilles et un manque de présence sur scène, ça peut sembler dur mais ce qui est d'autant plus étonnant c'est que j'ai vraiment pris plaisir à écouter l'album, que les mélodies étaient là, la voix claire presque crystaline. C'est peut-être bien le HF6 qui n'était pas encore bien réveillé ou bien ce sont simplement des débuts timides sur scène qui vont s'améliorer avec le temps?

selah sue, BRAIDS, Ayo, herman dune, lilly wood & the prick, live, les ardentes, Sur l'open Air, Lilly Wood and the Prick est attendu et c'est une réelle surprise, car ce groupe français est très à l'aise sur scène, Nili sait mener son public, et le sortir de sa torpeur, même si elle use de ses charmes et de sa voix suave, c'est pour mieux entraîner la foule qui s'amasse gentillement sur la plaine. Les jolis morceaux s'enchaînent avec une très très bonne reprise de Santogold "L.E.S. artistes" je regrette juste l'absence de "Hey it's ok" qui est une de mes préférées et qui aurait été vraiment agréable sur scène, les autres morceaux sont interprétés à merveille ("Water ran" "This is a love song"). Un très bon live! 

selah sue,braids,ayo,herman dune,lilly wood & the prick,live,les ardentesToujours sur l'open air, Herman Dune, que je ne connaissais que trop peu, pour moi c'est la brillante "Tell something I don't know" ou encore "My home is nowhere without you" et un bon jeu de guitare qui me fait penser à une guitare manouche et un folk américain de bon cru, il a défendu Strange Moosic (2010) leur dernier album en remerciant son public de "Gracias, Thank you, Merci!". Ce n'est pas la première fois qu'Herman Dune se produit aux Ardentes, son groupe et lui sont venus il y a deux ans, depuis un renouveau et pour le public des ardentes un concert qui se termine sur un nouveau morceau, tout ce qu'on peut demander en somme!

 

 

14:51 Écrit par Aurélie Vothi dans Les Ardentes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |