Il y a une semaine j'étais au pukkelpop dans le but de vous relater ce qui s'annonçait être le meilleur festival de l'été, tant au niveau de sa diversité que ses têtes d'affiche... Suite aux tristes événements que tout le monde connaît j'avoue ne pas trop savoir par où il fallait commencer, tout ayant déjà été dit ou presque, je me disais qu'il valait peut-être mieux oublier que raconter... 

Néanmoins après quelques jours de réflexion je pense que raconter ce que j'ai vécu de mon point de vue apportera sans doute sa pierre à l'édifice des témoignages on ne peut plus nombreux des tristes événements de jeudi passé...

C'est mercredi soir vers 22h que nous arrivons enfin à Kiewit après presque 3h de train ! Il était temps ! Nous sommes un groupe de 5 personnes dont la plupart sont des novices du pukkelpop que j'entendais bien convertir au terme de ces 3 jours de festivals ! Après une rapide réception des bracelets et contrôles de fortune à l'entrée du camping nous voila en route vers le fin fond de l'énorme camping du pukkelpop (à 22h fallait pas espérer être bien placé...) 

Les tentes, comme à l'habitude sur la plaine de Kiewit, sont montées en mode Tetris et il est enfin l'heure de l'apéro ! (mieux vaut tard que jamais !). La Boiler Room est déjà ouverte ce soir pour les impatients, mais après cette soirée de transports en commun, tout le monde est d'avis d'attendre patiemment le lendemain pour découvrir le site.

Montage-Gonflage-Apéro-Dodo ! 

Jeudi. C'est vers Midi que nous nous rendons sur le site, le soleil tape sévère, on se dit qu'on va enfin avoir l'été qu'on attendait depuis deux mois ! Au niveau des installations sur le site, ils ont encore fait fort au pukkel ! Une espèce de vieille foire accueille les festivaliers dès l'entrée avec manège, chapiteau de cirque, grande roue, petit stand de bouffe bio, ... etc.

Une autre nouvelle structure faite de containers vient décorer l'arrière de la Shelter stage (ancienne Skate stage) et propose a son bord des stands de customisation de fringue, des coiffeurs et des maquilleurs (je n’ai pas trop compris l'intérêt, mais bon... c'était drôle... et solide...)

Les lettres Pukkelpop en mode boule à facettes qui ornaient la dance hall il y a deux ans décoraient l'entrée du festival, la Boiler était parsemée de cadres en LED, la Dancehall remplie de rangée de boules à facettes et l'espace entre ses deux tentes recouvertes d'une énorme toile avec plancher, podium, etc. et bien sur le son de la boiler rediffusé à l'extérieur ! 

Tout s'annonçait bel et bien pour 3 jours épiques à griller sous le soleil et à claqué tout notre argent en ticket boisson pour ne pas fondre au soleil ! à 2,5 EUR le ticket boisson ça fait mal la canicule...

On a du voir en tout 4 concerts, la fin de Modestep qui était vraiment pas mal, ça envoyait d'la grosse dubstep a 12h30, la fête quoi ! Un peu du set de Congorock et de Canblaster, le concert de The Wombats, l'incroyable show de sexy YELLE ! (la moitié des potes m'ont glissé un « chui amoureux » pendant le concert) et pour finir le set drum & Bass d'une pêche incroyable de Netsky!

Notre programme sans fin de la journée devait commencer réellement avec Skrillex, l'ovni américain de la dubstep qu'il nous tardait à tous de voir enfin jouer...

Le problème c'est qu'en une grosse demi-heure le ciel avait viré du bleu au jaune, vert, gris, noir... un mélange pas super encourageant à voir...

La chaleur était telle qu'au lieu d'aller s'enfermer dans la Boiler on a été se poser sous l'immense toile qui se trouvait juste a coté et qui rediffusait le set de Netsky, l'ambiance était électrique déjà avant le début de la pluie et lorsque ça a commencé à tomber c'était l'euphorie générale ! La pluie tombait à verse, l'eau giclait par gerbes des bords de la toile tendue, les gens levaient les bras au ciel accueillant ce début de pluie comme le coup de fraicheur qui allait soulager un peu tout le monde de la chaleur écrasante qui régnait, les GSM commencent à se dégainer et à filmer... la partie euphorique de la situation à du durer à tout casser 2 toutes petites minutes. Après, tout va trop vite et c'est le déluge...

Le vent commence à s'engouffrer sous la toile, emportant au passage la flotte qui tombait comme par seaux entiers à l'extérieur... prendre une rafale dans le visage ce n’est pas grand-chose, mais quant au même moment vous vous retrouvez percé jusqu'à l'os, j'vous jure ça calme... Tout le monde s'est alors accroupi en masse sous l'énorme toile, pensant que ça serait toujours mieux que de finir réellement sous la flotte... L'ennui c'est que de l'eau il en tombait beaucoup trop, car on a beau dire ce qu'on veut, le pukkelpop voit tous les ans les choses en grand et le réalise de main de maitre !

Les installations sont toujours impeccables, rutilantes comme si elle servaient pour la première fois et personne n'aurait pu prévoir un truc pareil, car 36 foutus litres d'eau par mètre carré en même pas 20 minutes, en plus un vent infernal, ça provoque forcement de lourd dégât !

On était toujours accroupis sous la toile quand malheureusement on a entendu un CRACK... la structure venait de lâcher... tout le monde a détalé, pluie ou pas personne n'y pense a ce moment là, des gens courent vers la boiler et la dance hall déjà pleine à craquer, d'autres se ruent sur le bout de structure qui a lâché pour libérer les gens coincés dessous, et nous restons dehors sous la grêle et la pluie pendant environ 10 minutes se protégeant le crane avec les bras et s'enroulant à plusieurs pour éviter les grêlons et se réchauffer... ça a duré pas plus de 20 minutes...

La suite tout le monde la connait, on se rejoint tant bien que mal avant que le réseau soit saturé, constatons les dégâts, la disparition de la scène « Château », les arbres et toiles tombés comme des châteaux... de cartes, des gens se faire soigner sous la pluie, des spéculations sur d'éventuels morts ou blessés, tout a été trop vite, personne réalise vraiment si ce n'est que c'est mal barré pour la suite des événements, et que la situation est exceptionnelle pour ne pas dire tristement unique dans le pays...enfin ça on s'en rendra compte en rentrant chez soi.

Pour notre part l'état des tentes n'étant pas trop catastrophique et n'ayant pas envie de s'agglutiner à la cohue générale qui quittait le camping en masse, c'est le lendemain matin que nous sommes partis quand l'équipe du festival est venue nous dire à 9h du matin d'évacuer, car le festival est annulé.

C'est le coeur lourd que nous quittons le festival, ne réalisant pas encore très bien ce qu'on a vécu, mais ne pouvant s'empêcher de repenser aux images de la veille qui restent en tête et aussi surtout a ceux qui ont eu moins de chance que nous...

Je rappelle à tout le monde qu'un groupe nommé "Pukkelpop - Pay your Respect" a été créé sur Facebook afin de rendre hommage aux victimes de ce funeste épisode du pukkelpop 2011. 

http://www.facebook.com/PayYouRespects

Quoi qu'il en soit, si le festival perdure, nous y serons l'année prochaine, pour conjurer le sort, pour prouver que c'est un bon festival et pour rendre hommage aux victimes disparues ce jeudi 18 aout...

17:00 Écrit par flaviano Mucedda dans Articles, Festivals, Pukkelpop | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

 1641049452.2.jpg

Chokri Mahassine, l’organisateur du festival, n’a pas mâché ses mots lors de la conférence de presse organisée le lendemain de la catastrophe. Le Pukkelpop a vécu la pire soirée de son histoire.

L’orage qui a touché la plaine de Kiewit vers 18h30 était d’une rare violence. Le bilan est lourd : 5 morts,  10 blessés graves et près de 140 blessés légers. Les 5 personnes décédées sont toutes de nationalité belge et sont toutes d’âges divers. Parmi les blessés, trois se trouvent actuellement dans un état très critique.  

D’après Bert Swijsen, membre des pompiers d’Hasselt, le plan catastrophe a immédiatement été activé. Les organisateurs n’ont pas cédé à la panique. Après avoir inspecté le camping jeudi soir, la décision a été prise de ne pas évacuer le site. Les autorités ont quand même ouvert d’autres terrains dans les environs pour les festivaliers qui le souhaitaient. 450 jeunes ont ainsi opté pour cette solution. De leurs côtés, les habitants du coin n’ont pas hésité à accueillir des festivaliers. Mais un grand nombre d’entre eux ont décidé de rentrer directement chez eux après la catastrophe. Des bus et des trains supplémentaires avaient été mis en place pour faciliter les retours.

Cette nuit, après concertations avec le bourgmestre et les services de secours, nous avons décidé d’annuler le festival, a expliqué Chokri Mahassine, l’organisateur du festival. Il a également déclaré n'avoir jamais vu une tempête de ce type. Et d’ajouter, "ce temps n'était pas prévisible". Les organisateurs étaient pourtant en contact permanent avec l’IRM (Institut royal météorologique). Pour Chokri Mahassine, ils ont dû faire face à des conditions météorologiques auxquelles ils n’ont jamais été confrontés.

Retrouvez les dernières infos sur Pukkelpop ici

15:11 Écrit par Martin Rotsaert dans Articles, Festivals, Pukkelpop | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

Suite au drame survenu hier à Pukkelpop, Belgacom et Proximus présentent en tant que sponsor principal de l'évènement leurs plus sincères condoléances aux familles et amis des victimes et leur soutien aux organisateurs du festival.

13:14 Écrit par Martin Rotsaert dans Articles, Festivals, Pukkelpop | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

esperanzah,bomba,estereo,floreffePar un vendredi bien tristounet, Esperanzah prenait ses quartiers à l’abbaye de Floreffe, et le blog des festivals était bien évidemment présent pour l’évènement. Sous une petite bruine, légère mais persistante, j’arrive donc pendant le concert d’Amsterdam Klezmer Band, qui fait déjà bouger la scène côté Jardin. En cette première après-midi, la grande foule n’est pas encore au rendez-vous, mais ceux qui sont là ont bien fait de venir voir ce groupe ma foi fort sympathique et entraînant à souhait. Je regrette mes errements à la recherche du parking de presse (qui se trouvait en réalité tellement près de l’entrée que je n’y ai d’abord pas cru…), car le concert prend très vite fin et me laisse quelque peu en manque ! Pour ceux qui ont la chance d’aller faire un tour au Sziget Festival, ne manquez pas cette petite perle, qui s’y produira le 11 à la Roma Tent.

esperanzah,bomba,estereo,floreffe


esperanzah,bomba,estereo,floreffeesperanzah,bomba,estereo,floreffeesperanzah,bomba,estereo,floreffe



















J’ai ensuite un peu de temps pour déambuler dans le souk, la place au possible et m’imprégner de l’ambiance totalement décontractée d’Esperanzah! et de faire quelques photos pour le plaisir. C’est qu’à Esperanzah!, il y a des choses à voir, à découvrir et à expérimenter dans tous les coins. C’est ainsi qu’en remontant vers les jardins, j’aperçois un monocycliste téméraire, juché sur un engin démesuré et arpentant la route quelque peu défoncée… Le temps d’attraper l’appareil, ce qui devait arriver arriva ! Roue coincée et joli vol plané vers l’avant… Pas d’inquiétude, il s’en est sorti sans dommages !

esperanzah,bomba,estereo,floreffeesperanzah,bomba,estereo,floreffe

Il est ensuite temps de me diriger vers la scène côté cour pour les colombiens de Bomba Estereo. C’est là qu’on voit que le terme « musique du monde » ou « world music » est quelque peu dépassé par la diversité des genres… Bomba Estereo est un peu à la Colombie ce que la techno musette est à la chanson française. Non, j’exagère. Enfin, bref… prenez une musique populaire un brin ringarde (mais pas trop), ajoutez-y des gros beats électros et étalez une couche de hip-hop par-dessus. Vous obtiendrez un truc… qui fait bouger les foules ! Vous l’aurez compris, je n’ai pas été particulièrement séduit par la belle Li Saumet, qui dégage pourtant une énergie assez impressionnante.

esperanzah,bomba,estereo,floreffe

esperanzah,bomba,estereo,floreffeesperanzah,bomba,estereo,floreffe



















Tant pis, Sharon Jones & The Dap-Kings reposeraient mes oreilles, et j’allais pouvoir m’éclater sur Parov Stelar Band… Du moins, c’est ce que je pensais.
Car avant cela, mon estomac criant famine, je décide de me diriger vers le souk afin de me sustenter. Après maintes hésitations et tergiversation, je jette mon dévolu sur le stand de nourriture tibétaine, et je commande le maxi-pack à 6€ avec l’assortiment total. Je me fais servir, je paie, on me rend la monnaie, mais c’est alors que la madame qui était en train de remettre de l’essence dans un chauffe-plat fait un faux mouvement et en renverse un peu partout sur la nappe en toile cirée. Le tout prend feu, et comme j’étais tout près de la table, en train de tenter de gérer mon plat, mon appareil photo, ma fourchette et le reste, voila que ma chemise synthétique prend feu ! Fort heureusement, je parviens à maîtriser l’incendie avant de me transformer en torche humaine, mais pour ma chemise, c’est trop tard, la messe est dite. Bon, à la fois, c’était une chemise à 15€ qui avait 2 ans, donc le repas gratuit compense la perte financière, et la gentille madame, infiniment désolée, propose même de me donner son T-Shirt, mais elle fait 1,60m les bras levés, alors que j’en mesure 1,96… Les choses ne sont pas très bien engagées. N’ayant pas prévu de m’immoler par le feu, je n’avais pas emporté d’affaires de rechange, et n’ayant pas trop envie de passer la soirée en pull ou torse nu sous la pluie, je décide de plier bagage. Bon, … Sharon Jones, Parov Stelar et Professor, ce sera pour une autre fois !

Suite à cet abandon sur incendie moteur, je vous laisse avec quelques photos du public très familial d'Esperanzah en ce vendredi !

esperanzah,bomba,estereo,floreffeesperanzah,bomba,estereo,floreffe













esperanzah,bomba,estereo,floreffeesperanzah,bomba,estereo,floreffe













esperanzah,bomba,estereo,floreffeesperanzah,bomba,estereo,floreffe













esperanzah,bomba,estereo,floreffeesperanzah,bomba,estereo,floreffe













Photos : Stany Massart

13:34 Écrit par Stany Massart dans Articles, Esperanzah!, Festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

IMG_2583.JPGC'est parti pour le 3e jour de ce Dour 2011 ! Comme prévu le soleil ne s'étant pas trop plu la veille, revoilà notre vieille copine la pluie pour nous accompagner presque toute la journée ! Si ça, c’est pas du bol...

Donc on range le short, on sort le poncho en plastique et on prie pour ne pas choper une pneumonie avant ce soir ! C'est parti !

Ma journée commence d'abord à la petite maison dans la prairie pour aller voir le show de Cloud Control avant de filer au stand presse les interviewers ainsi que GhostPoet (vous pouvez d'ailleurs les retrouver ci-dessus dans l'onglet... interview bien sûr !). La musique de Cloud Control est comme un courant d'air frais en ce début de journée ! C'est jeune, pétillant et plein de bonne humeur sans être extravagant *Big Fan*

Après cette charmante entrée en matière et les 2 interviews, un dilemme se pose... aller voir Ghostpoet, que je ne connaissais que de YouTube et que je venais de questionner pendant 10 minutes ou filer voir les Ogres de barbaque que j'attendais depuis le début du festival ! La solution a été de couper la poire en deux, j'ai donc été voir la première partie de Ghostpoet avant d'aller voir les Ogres sur la Last arena !

283324_2243083234083_1158160371_32805337_4715765_n.jpgLors du concert de GhostPoet, j'ai mieux compris pourquoi il se définissait plus comme un Poete que comme un MC, Il apparait sur scène comme un grand bonhomme dégageant une espèce de force tranquille, il n'est pas dans le démonstratif ni le warming intempestif de la foule comme un chanteur hip-hop classique, non, rien de tout ça, il chante sa poésie moderne, pose ses mots sur des beats sans fioritures et efficace, accompagnés d'un batteur et un guitariste, artiste à voir un jour tout simplement ! 

Ensuite je cours, que dis-je, je vole vers la Last Arena pour assister au concert des Ogres de Barback ! Un peu déçu d'avoir raté le début du concert quand même (foutue programmation...), je suis ravi de voir en arrivant que l'univers des Ogres est à nouveau présent sur scène avec une nouvelle installation un nouveau show, enfin... les Ogres quoi ! De loin en arrivant je distingue même des acrobates agissant sur la structure en métal ou évoluée le groupe, mais le temps d'être bien placé fini les cabrioles et places a la musique ! 

Comme d'habitude, le concert est excellent ils alternent a merveille les nouvelles chansons et les classiques (« salut à toi » par exemple) et nous surprenne même avec une improbable reprise de « IV my people » de NTM. EX-CEL-LENT !

IMG_2723.JPGLe temps de me nourrir (quand même), je file à la Magic sound system pour aller voir une partie du concert de Grems & Entek & Sons of à kick. Je n’y suis pas resté longtemps, mais ce que je peux vous dire c'est qu'il régnait une sacrée ambiance dans le chapiteau, l'incroyable Mc, producteur, graphiste et j'en passe qu'est Grems a bien compris comment foutre le feu a une salle et l'a montré une fois de plus ici sur la plaine de la machine à feu ! 

 Petit tour à Percubaba dans la Dance Hall, mais la sieste quotidienne commençant à pointer le bout de son nez, je me résigne à aller piquer un roupillon au camping !

Aujourd'hui la sieste (et cette pluie...) me fera rater entre autres Pennywise, The Herbaliser , 13&God, Trolley snatcha, 16bit, Flying lotus, Booka shade... Allez y jetez moi des cailloux !

Je file des mon réveil voir le set de Luke Vibert à la petite maison dans la prairie, excellent début de set acid et techno comme il sait si bien le faire, mais rempli de remords d'avoir raté la plupart des artistes abstract hip-hop et electro hip-hop de la Magic Sound System, j'y cours à la moitié du set de Luke Vibert pour aller voir le set complet de The Gaslamp Killer !

IMG_2381.JPGCe californien pure souche est juste completement fou! Son set était puissant entre les scratch, les phase hiphop et les phases dubstep qui faisait vibrer tout le chapiteau, cet espece d'hyperactif saute dans tout les sens, joue avec le public, fait le singe, en bref en plus de mettre le feu sur scene, il est juste super drôle! Big up aussi au VJ qui était derriere lui et qui était superbe!

Enfin, la soirée s'achève dans la Baalzal pour le set de Doctor P et celui de Reso en toute fin de soirée ! Doctor P tout comme Rusko la veille est venu, a vu et a vaincu ! L'anglais a littéralement retourné le chapiteau avec la plupart de ses tracks téléchargées par millier ces derniers mois ! Une excellente journée en somme, malgré la pluie, la boue et autre joyeuseries climatiques !

IMG_2782.JPG

Aller... plus qu'un jour...Après la guerre, le repos du guerrier !

©Photos :   Alessio Mucedda et Julie Delfosse (photo GhostPoet)

21:38 Écrit par flaviano Mucedda dans Articles, Dour, Festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

278978_2250332374737_1141076018_2741590_7570981_o.jpgAprès une nuit à se les geler dans les règles, s'est avec un plaisir non dissimulé, qu'on se réveille en soleil à 9 h du mat... Ben ouais, une tente et du soleil ça fait rarement bon ménage !

Donc, après un p'tit dej' de 3 heures (fallait bien s'occuper...), une distribution générale de crème solaire (si si j'vous jure !), on enfile son short et son marcel et on file sur le site !

Cette 2e journée du festival commence avec les hurlements d’ Léo sur la last arena.

Je connaissais les hurlements d'après leur album "un air, deux familles" qu'ils partagent avec les ogres de barback. Le concert est frais, dansant, bref tout ce qu'il faut pour commencer cette deuxième journée au soleil!

Même si je ne peux pas m'arrêter de penser que les hurlements c'est mieux avec les ogres, je me dis aussi que tout seul c'était pas mal non plus, de toute façon les ogres viennent le lendemain alors bon... puis leur violoniste est sacrement drôle ça c'est sur donc un très bon point pour ce premier show d'la journée!

284302_2252027097104_1141076018_2744130_567978_n.jpg

Ensuite direction l'ouverture de la Baalzal avec Dusk Creator, producteur belge qui nous sert une bonne dubstep simple et efficace, ça annonçait bien la couleur de cette baalzal qui serait aujourd'hui plus dubstep que drum & Bass !

Après un p'tit encas chez l'Indien histoire de pas tomber par terre en pleine après-midi et vérification de la légende des toilettes propre au stand VIP (légende qui s'est avérée vraie... j'ai presque versé une larme de joie !) direction la Last Arena pour le concert de Papa Roach avec un tas d'appréhension gros comme une maison sur la patate... 

Alors j'ai déjà vu Papa Roach il y a quelque année au pukkelpop... j'écoutais un peu plus ce genre de musique à l'époque que maintenant et franchement j'avais pas trouvé ça incroyable...

Comme quoi il n'y a bel et bien que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, j'ai trouvé ce concert dourois très très chouette! Mis à part le look « métrosexuel croisé avec un tatoueur darkcore » du chanteur, le concert était super chaud! on voyait des gens arriver en slam de la foule plus rapidement qu'un Graspopiens au galop, true story! Le show était dynamique, le public constitué de jeune et de nostalgique de leur 15ans(comme moi...) et le groupe a bien montré que non seulement ils n'étaient pas has been, mais qu'ils tenaient tous encore sérieusement la route sur scène! Bref, un gros +1 pour Papa roach!

281234_2252021936975_1141076018_2744118_5082096_n.jpgÀ la fin du concert du métal, je reçois un SMS me disant « Shooter Keira Knightley en backstage à Dour, ça s’est fait... » En effet depuis le matin une rumeur disait qu'elle serait sur le site du festival pour accompagner son amoureux, musicien du groupe The Klaxons ! Ni une ni deux je file en backstage de la marquee pour tenter de vérifier les dire de mon camarade photographe ! Même pas le temps d'arriver sur place que je me retrouve nez à nez avec l'interprète de miss Elizabeth Swann dans Pirates des Caraïbes ! Pas de doutes, ce n’était pas une intox !

Le temps de faire reprendre ses esprits a un pauvre technicien qui n’en croyait pas ses yeux, je boude le concert des Klaxons pour aller voir Pearson sounds aka Ramadanman a la baalzal. Pour ce que j'en ai vu c'était vraiment très bien, le mec passe des productions passant d'une techno très grasse et lourde a de la dubstep avec des phases bassine à l'anglaise bien comme il faut pour secouer son popotin et ses épaules en rythme sur le dancefloor !

 266887_2252028377136_1141076018_2744133_6364698_o.jpg

Ensuite rapide passage, à Pulp et Ellen Allien, respectivement sur la Last arena et la Dance hall. Pour Pulp, je suis désolé, mais je n’ai pas tenu 10 minutes... y'a des choses qu'on aime et qu'on n’aime pas et visiblement Pulp a fait partie des choses que je n’aimerai pas donc je vais éviter de descendre le groupe, car ce serait tous sauf objectif! Pour Ellen Allien rien à redire, comme d'hab un son techno minimal propre et bien foutu, c'est chaud, ça danse, que demander de plus hein ?

Ensuite voici poindre le bout du nez du concert que je ne voulais rater sous aucun prétexte ce vendredi, j'ai nommé : Radium! Une petite Vidéo pour vous mettre dans le bain, attention oreille sensible s'abstenir, je vous aurais prévenu...

 

Fichtre j'en ai les poils qui s'hérissent en regardant la vidéo... Tout ça pour dire que... OUI Radium c'était génial, super, amazing, défoulant, rafraichissant, etc. Mais ça m'a surtout montré une chose...

*ATTENTION COUP DE GUEULE*

Certains se souviennent, avec une certaine émotion, les excellentes soirées passées à Dour dans des salles à la programmation breakcore, IDM, hardcore tellement puissante qu'on en rentrait à la tente le slip et les tympans en moins!

Cette année en "musique de sauvage" comme l'appelle les néophytes il n'y avait que la micro programmation de ce soir à la Cannibal Stage (3 artistes en 2 h 30 c'est un peu cheap...) et Shitmat le dimanche soir (qui croyez moi a mis TOUS le monde d'accord et a presque fait passer Radium pour une fillette...)

Alors s'il te plait monsieur Alex Stevens,Di Antonio et je ne sais qui d'autre, au lieu de nous faire des programmations complètes drum & Bass , ou dubstep ou je ne sais quel autre style à la mode (que j'adore hein soyons d'accord...) soyez sympa et bichonnez un peu votre public de vieux croutons qui ont commencé à venir en festival à cause de (ou grâce à) ce genre de musique...ce serait vraiment très très gentil....

*LE COUP DE GUEULE S'ACHÈVE ICI*

Cette soirée s'achève pour moi à la baalzal avec la fin du set de Feed Me,qui n'avait franchement rien à envier à l'artiste ultra internationalement pionnier et novateur en terme d'électronique et de Dubstep... j'ai nommé... Monsieur RUSKO !

 

 Alors pour ceux qui l'aurais vu en 2009, je vous rassure... il a autant foutu le bordel qu'il y à 2 ans, il a enchainé ses morceaux les plus récents avec les plus vieilles, pour les fans de chez fans il a même passé « cockney thug » 2 fois pendant le set ! Le bonheur quoi ! Par contre j'aurais bien voulu vous montrer comment l'animal se démène sur scène, mais je n’ai pas trouvé de vidéo fronstage ou backstage de l'artiste sur YouTube... J'aurai des vidéos début aout, en fait, pleins de vidéo début aout donc soyez un peu patient ;o) Quand vous verrez ça vous comprendrez pourquoi il a du annuler sa venue au 5 ans de Forma. T en mars pour cause d'hernie discale ou quelque chose du genre...

Retour au camping, après une bonne journée bien remplie mis à part la foutue sieste qui m'a fait rater Stupeflip, Ice cube et The Qemists grrr... Demain au programme, toujours moins de soleil et plus de pluie et non pas une, mais 2 interviews oui mesdames et mesdames vous avez bien lu ! :o)

©Photos : Matti Slembrouck

16:47 Écrit par flaviano Mucedda dans Articles, Dour, Festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

DSCF4371.JPGAlors commençons par le commencement! Apres moult péripéties pour avoir mon maudit bracelet me voila enfin sur le site de ce 23ème festival de dour.

À première vue il y a effectivement quelques changements dans le nom des scènes, les emplacement de celles-ci, plus d'espaces "relax", beaucoup plus de toilettes et plus de foutue passerelle!!! Une bonne entrée en matière même si la météo à commencé à faire la gueule des la fin de matinée... c'est parti!

Désolé pour l'originalité mais pour changer de mes acolytes blogeurs sur ce festival j'ai été voir...Mister

Valaire !

 

 

Alors je vais pas m'étendre plus que ça sur cette joyeuse formation canadienne, Stany et Julien l'ayant déjà plus que bien résumé ! Excellent groupe à voir en tous cas :o) 


DSCF4384.JPGApres cette joyeuseté qui fleurait bon le sirop d'érable direction la nouvelle scène : DeBaalzal. La programmation de cette scène était, pour ce premier jour de festival, exclusivement Drum and Bass et accueillait des monstres tels que Noisia , TC , Netsky ,etc... 

Il est environ 19h quand j'arrive a la baalzal et c'était tout simplement la guerre! Le public dourois a toujours été fan de drum&bass et autres styles électroniques cadencés à plus de 160 bpm et comptait bien le montrer en ce premier jour de festival!



DSCF4398.JPGC'est Sigma & Mc Carasel qui œuvraient aux platines quand j'y suis arrivé, le bout de set que j'ai entendu (ou subi vu le monde...) était juste excellent, la foule en délire et complètement surpeuplée, il y avait des gens tout autour du chapiteau, sur les tables à l'extérieur, qui grimpaient sur les structures à l'intérieur...la guerre j'vous dit!


Ensuite Je file à la p'tite maison dans la prairie, voir une partie du set de Martyn, qui nous sert un live aux multiples facettes, de la drum and bass à la techno, de quoi se mettre en jambe pour ceux qui s'apprêtait à passer la soirée sur cette scène qui accueillait entre autres Pierre du fuse et Monsieur Laurent Garnier pour un tout petit set de 5 heures (rien que ça...).

Petit passage à la marquee aussi pour aller jeter un oeil au concert de Foals, mais ne connaissant que très peu leur répertoire (la chanson de Skins en gros...) J'ai tenu 3 chansons avant de filer manger un bout avant les stars du jour : Cypress Hill!





Si vous voulez vous faire une idée du monde qui était présent, jetez un oeil à la p'tite vidéo youtube, c'était effectivement assez dingue au niveau de l'ambiance et du monde présent devant la Last arena en ce jeudi soir...


Sinon OUI le concert était bien, ils ont joué la plupart des chansons que le public attendait, de "I want to get high" en passant par "Insane in the brain", ont joué un minimum avec le public, en gros ils ont bien fait leur job!



Mais OUI aussi le son n’était pas tout le temps au top... la faute au vent et à la météo... ? P'tet bien en tout cas certes le concert était chouette mais tout le monde sera d'accord pour dire que ce n'était pas LA prestation à ne pas manquer de cette cuvée 2011, un bon concert de rap US donné par des artistes qu'on rêvait de voir à Dour depuis longtemps, rien de plus, rien de moins!



Ensuite voici venu le temps de mon coup de cœur de la journée (enfin soirée...) du jeudi: Spank Rock !





Je pense que la vidéo parle d'elle même, ce concert était juste excellentissime! un juste mélange de hip hop et de musique électronique, 2 MC , un garçon et une fille (Amanda Blank qui a entre autre déjà bossé avec Santogold, Diplo, Steve Aoki...) et un DJ bien entendu! Ils ont mis le feu en moins de deux chansons et m'ont vite fait oublier la météo désastreuse de la journée, un rayon d'soleil qui fait bouger son booty en gros c'est ça Spank Rock, que demande le peuple hein...

Rapide petit tour au camping pour une mission écharpe et pull (OUI il faisait super froid jeudi...), ensuite petit tour à Boys noize toujours au Dance Hall, set sympa, bonne ambiance mais comme tous les gros producteurs d'electro, il a passé quasi exclusivement ses propres morceaux, donc voila on aime ou pas! Pour ma part j'ai trouvé ça sympa, les gens était pas mal motivés, il faut le dire quand même, mais c'est pas mon producteur préféré donc chouette set mais sans plus!... par contre quand on dit qu'il faut toujours garder le meilleur pour la fin...


DSCF4415.JPGCette fin de soirée c'est avec Beat torrent que je l'ai passé et franchement c'était un des meilleurs choix de mon festival ! Pour ceux qui ne connaissent pas, ces deux bonshommes viennent du quatuor de DJ Nantais C2C qui a déjà joué plusieurs fois à Dour et dans d'autres festivals en Belgique ! Autant dire que ces gars-là ont l'expérience du terrain et qu’ils savent réveiller un dance floor! Ils ont joué un set efficace, j'aurai presque envie de dire facile s'il n'était pas aussi balaise techniquement! Efficacement facile donc, ils ont passé du Justice, du Daft punk, du Steve Aoki , du Proxy et même "My adidas" de RUN DMC!

Un set on fire incroyable pour cette fin de première journée plutôt éprouvante à cause de cette P***** de B***** de C******* de météo! 


Au programme du jour 2: du soleil(quand même) , du métal de teenager, une star d'Hollywood , de la musique,  beaucoup de musique !


© Photos : Caroline Dujardin

17:48 Écrit par flaviano Mucedda dans Articles, Dour, Festivals | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |

Voila ça y est, cette édition 2011 du festival le plus dingue de belgique est ter-mi-née ! (et vu la météo c'est franchement pas plus mal!). J'ai pas mal de choses à vous raconter, car vous vous en doutez bien, il s'est passé une foule de choses pendant ces 4 jours! 

Je comptais publier mes articles hier, après mon retour à la maison bien mérité mais mon lit m'a attrapé sans crier gare, faut dire 4 jours de Dour c'est bien, plus ce serai de la folie faut être honnête quand même!

Donc en attendant mon avis impartial sur la masse de concerts que j'ai eu l'occasion de voir cette année je vous offre les chiffres de ce Dour festival 2011! Les organisateurs , qui comme d'hab' ne manquent pas d'humour, ont laissé trainer cette feuille en presse pour les curieux, vous allez voir y'a des chiffre assez drôles !

Désolé d'avance pour la photo, c'est une photo gsm j'avais que ça sous la main!

IMG00202-20110717-2257.jpg

08:43 Écrit par flaviano Mucedda dans Articles, Dour, Festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Bon, sûr qu'il a pas fait super beau à Dour cette année, mais bon, c'est pas la peine d'en faire tout un plat. Le blog des festivals était quand même là pour vous ramener quelques impressions... voici toute une brouette de photos à savourer sans modération ! Cliquez sur une photo pour l'agrandir.

dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel




 

dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,rousseldour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,rousseldour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,rousseldour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel

 

 

 

 

 

 

dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,rousseldour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,rousseldour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel

 

 

 

 

dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,rousseldour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,rousseldour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel

 

 

 

 

dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,rousseldour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,rousseldour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel

dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,rousseldour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dour,dimanche,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Photos : Stany Massart

15:08 Écrit par Stany Massart dans Articles, Dour, Festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

dour,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,rousselHier, pour son troisième jour, le festival de Dour ce sera transformé en véritable marais en l’espace d’une après-midi. Des cordes tombent du ciel dans une sorte d’apocalypse reléguant le moral des festivaliers au plus bas. On glisse sur la boue de droite à gauche emmitouflé dans un sac plastique gentiment donné par certains sponsors. Les mines se fatiguent face à la météo, les vêtements s’alourdissent et la Last Arena, seule scène à ne pas être couverte, se retrouve rapidement vidée de son public. La boue est désormais présente sur tout le Site de La Machine à Feu et l’on navigue entre les scènes sans réelle autre motivation que celle de s’abriter au plus vite. On aura pourtant pu écouter une très bonne prestation de Fool’s Gold qui ensoleillera quelque peu La Petite Maison Dans La Prairie de ses rythmes africains enjoués et de son énergie contagieuse, emmenant le public dans une douce euphorie. Le groupe californien aura défendu au mieux son premier album tout en laissant dévoiler quelques nouveaux titres. Une afro-pop rehaussée d’un saxophone à point et d’un son très Vampire Weekend que l’on gardera en tête une partie de la soirée.

On se retrouvera ensuite dans une Club Circuit Marquee jonchée d’immenses flaques  pour une prestation de Saul Williams beaucoup plus rock qu’à l’accoutumée lorgnant plus du coté de Tv On The Radio que du slam auquel il nous avait accoutumé il y a quelques années.

On naviguera ensuite entre la prestation d’Horace Andy qui réchauffera nos cœurs et celle d’IAMX terriblement pataude. On écourtera finalement notre soirée après le concert de Suede sur la Last Arena, qui nous offrira un joli spectacle tout en passion sans arriver pourtant à totalement nous convaincre. Suede a, sans doute, fait son temps et, outre la nostalgie d’entendre leurs quelques titres forts, le groupe semble définitivement d’une autre époque.

dour,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel


Nos corps humides nous ordonnent de rentrer au camping. On quittera donc les lieux avec une certaine amertume, celle de ne pas avoir pu profiter totalement de cette journée au programme pourtant alléchant. Demain sera sans doute meilleur puisque les excellents Metronomy nous égailleront de leur présence et, cette fois, peu importe le temps, ce sera l’English Riviera sur Dour Festival.

21:02 Écrit par Julien Gaspart dans Articles, Dour, En direct, Festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |