tumblr_llgi46fGOH1qgsaea.jpgLe groupe de Mike Ness, avec ses plus de 30 ans de carrière, est habitué des grandes scènes comme celle de Rock Werchter. Si ça ne tenait qu'à moi, je les aurais fait jouer vers 20h ! Mais voilà, il est 14h20 et le groupe monte sur scène. Un set malgré tout en demi-teinte pour moi car je m'attendais à un show plus punchy, plus rageur, plus punk en soi. Ajouté au fait que la voix de Ness n'était pas suffisamment audible, le show aurait pu être mieux monté. Evidemment cela n'enlève rien au talent des musiciens qui, ont malgré tout, clairement assuré.

16:31 Écrit par Gregg Leleux dans Articles, En direct, Festivals, Rock Werchter | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

all_time_low_2.jpgAutant le dire tout de suite, si j'ai été voir All Time Low, c'était pour avoir une place de choix pour Social Distortion. Pour faire simple (et c'est dur de faire compliqué avec eux), ce sont des Américains, d'une vingtaine d'années qui font du pop rock. Ils ont le même son que des Panic at the Disco, des Hoobastank, des Busted et j'en passe et des (pas) meilleurs. De la musique à peine recherchée, un jeu de scène pour émoustiller leur public dont la moyenne d'âge avoisine les 14 ans et donc la très grande majorité est féminine. A part ça, ce fût un show très calibré, bien rodé, mais qui tombe dans les lieux communs des différents groupes cités plus haut. En gros, vous n'avez rien manqué.

16:02 Écrit par Gregg Leleux dans Articles, En direct, Festivals, Rock Werchter | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |

selah-sue-2567-2713134714.jpg

A à peine 22 ans, la jeune louvaniste jouait à domicile. Sanne, de son vrai prénom, s'est faite ovationnée par la foule amassée dans le Marquee ainsi que par les gens qui suivaient le concert sur l'écran géant de l'esplanade. En nous offrant un show dans lequel elle nous montre toute sa sensibilité que l'on ressentait déjà dans ses EP et album, elle s'est quasiment hissé au rang d'héroïne de notre génération et de la foule des festivaliers habitués de Rock Werchter. Sa voix, cristalline et tellement flexible, est digne des plus grandes de la chanson et je lui souhaite tout le meilleur pour sa carrière. Son charme envoûte la foule et sa timidité de plus en plus assumée lui permet de se libérer des peurs de la scène et conquérir les derniers indécis. 

Sur scène, elle était accompagné de 4 musiciens talentueux mais hélas aucun cuivre :( peut être pour la prochaine tournée s'offrira-t-elle les services d'une vrai section cuivre et plus d'une simple boîte à rythmes et d'un clavier MIDI. A bon entendeur ... ;) 

21:39 Écrit par Gregg Leleux dans Articles, En direct, Festivals, Rock Werchter | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

7182-bruno-mars.jpgIl a failli m'avoir ! J'allais assisté à ce concert par simple curiosité mais il avait beaucoup d'ingrédients pour que ca prenne avec moi : une simplicité, une gentillesse, un partage avec le public qui sont la base d'une emphase artiste-public. Bruno arrive à mélanger soul et reggae avec une pop légère et proche de ce que un certain "King of the Pop" faisait (je tiens à préciser tout de suite que je ne le compare absolument pas à Michael Jackson mais on sent clairement chez Bruno Mars une inspiration de MJ). 

Sur scène, il est accompagné d'une section cuivre très rythmée qui ajoutent des sonorités ska et jazz. Si je devais lui trouver d'autres inspirations, je penserais directement aux Blues Brothers car son jeu de scène avec ses musiciens et les chorégraphies qu'ils réalisent sont assez fidèles à ce qu'on a pu voir dans les films sur Jake et Elwood Blues. Je parle ci-dessus de Michael Jackson, Bruno Mars et son band nous ont offert une version de "Dirty Diana" qui, en tant que très grand fan de MJ, m'a filé des frissons. Qu'il ait failli m'avoir ou qu'il m'ait eu, j'irai écouté ce qu'il a fait et je ne le classerai plus dans la catégorie des chanteurs à minettes !

17:55 Écrit par Gregg Leleux dans Articles, En direct, Festivals, Rock Werchter | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

207295_10150222893368126_51884228125_8385785_3421950_n.jpg

Le tryo gantois des Subs bénéficie déjà d'un énorme capital sympathie à Werchter alors je vous laisse imaginer l'ambiance qu'il y avait quand les musiciens sont arrivés sur scène, l'un vêtu d'une toge blanche, le second d'une toge noire et le 3ème habillé d'un pull et d'un jeans noir d'un côté et blanc de l'autre.

Les musiciens se mettent en place, le "blanc" enfile la sangle de sa keytar, le "noir" celle d'une sorte de boite à rythmes faite maison, couverte d'une trentaine de gros boutons qu'il frappe du poing pour donner les basses du premier morceau.

Le concert est réellement du feu de Dieu, les musiciens, peinturlurés de blanc et de noir sautent dans tous les sens alors que le public fait de même. Le groupe a réellement donné là, un de leurs meilleurs concerts. 

A mi-concert, alors que le "blanc" avait déjà escaladé les échafaudages longeant la scène, on ne pensait pas qu'il puisse faire pire/mieux dans le sens de la participation du public mais il a tout de même décidé de se jeter dans la foule avec une bouteille d'Absolut Vodka bien fraîche. Je tiens à dire que ça faisait du bien de boire un coup pendant un tel show. Par ailleurs, le fait de se faire offrir de l'alcool ou ne fut-ce que quelque chose par un artiste qu'on va voir en concert, ça c'est du pur bonheur et c'est un bon moyen pour un artiste de se faire apprécier.

Les Subs nous ont même -encore- offert une petite surprise de fin ! Alors qu'on ne pouvait rien espérer de plus de leur part, le fameux Party Harders, à qui l'ont doit le fameux duo (avec les Subs) The Pope of Dope, débarque sur scène et, grâce à des câbles, s'envole dans le Marquee et virvolte au dessus de nos têtes en chantant le fameux titre. Les Subs, l'accompagnant depuis la scène, descendent alors dans la fosse et invite une quinzaine de spectateurs à venir danser sur scène alors que l'autre Party Harders, déguisé en "Pope of Dope" genre de St-Nicolas déluré survole toujours le public au risque de perdre sa mitre.

Que dire de plus si ce n'est que ce concert fût réellement un très très très grand moment passé ici à Werchter !

popeofdope.jpg

14:13 Écrit par Gregg Leleux dans Articles, En direct, Festivals, Rock Werchter | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

168940_10150098791923826_8298733825_6166056_2518289_n.jpgAu départ, je ne comptais pas aller voir ce groupe mais j'ai bien fait d'y aller ! Le groupe belge nous a offert un spectacle digne des plus grands de la scène rock-electro. Décorée de triangles et de pyramides en néon tel les Daft Punk l'aurait fait. SQuand le groupe commence son set sous la Pyramid Marquee, le public est déjà survolté et prêt à en découdre. Le concert prend une intensité exceptionnelle et les pogos se lancent et sont à la hauteur des espérances du public en folie qui sait pertinnement que tout ceci n'est qu'un échauffement pour le concert d'après : les Subs !

13:37 Écrit par Gregg Leleux dans Articles, En direct, Festivals, Rock Werchter | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Arctic+Monkeys.jpgLe groupe vient cette année à Rock Werchter avec de nouvelles choses à défendre : une nouvelle sonorité qu'ils ont pris avec leurs derniers albums. Je ne connaissais que le premier album et je l'aimais bien, les 3 autres par contre ... je ne peux pas en dire autant. Ce que j'adorais dans le premier album, c'était son "état brut", comme si l'album avait été enregistré dans la cave ou le garage où ils répétaient. En plus, un titre d'album comme Whatever people say I am, that's what I'm not, on attendrait du lourd tout du long de leur carrière ... Mais donc voilà pour faire court, je n'apprécie pas autant les 3 derniers albums que leur premier. En ce qui concerne le live et les morceaux du 1er album qu'ils ont joué ici à Werchter, mission accomplie.

12:31 Écrit par Gregg Leleux dans Articles, En direct, Festivals, Rock Werchter | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

triggerfinger_730x362.jpg

Le groupe anversois a mis le feu à la plaine de Werchter en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Ruben Block et ses acolytes nous ont offert un show pas croyable, une présence scénique indéniable pour tous les membres du groupe et un jeu de scène du chanteur-guitariste à faire pâlir. Ruben Block, dont le charisme est inébranlable, se trémousse sur scène et nous fait, par son jeu de scène et sa voix unique, vibrer et entrer en communion avec lui. Je dois avouer que je ne connaissais le groupe que de nom et de photos que j'avais vu ça et là, mais le spectacle qu'ils ont fourni aujourd'hui est absolument unique.

Voici un groupe que je conseille vivement à tous les fans de hard-rock classique et de blues-rock.

17:57 Écrit par Gregg Leleux dans Articles, En direct, Festivals, Rock Werchter | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Beady-Eye-David-Baird-0551.jpgPour ceux qui ne le savent pas, Beady Eye est en fait Oasis sans Noel Gallagher, guitariste et frère de Liam, le chanteur. Le groupe s'est "formé" suite aux événements de Rock en Seine, le 28 août 2009. Liam s'était confié, lors de la sortie de l'album Different gear still speeding aux journalistes du magasine Rolling Stone. Pour lui, l'ambiance et l'esprit de travail du groupe n'avait pas changé d'un poil entre avant et après les adieux de Noel. Une chose est sûre pour moi : ils ne devraient pas renié ce qu'ils ont fait avant Beady Eye. J'avais lu une critique de leur concert à l'AB le 22 mars dernier où le journaliste écrivait que le groupe servait le minimum salarial : ils jouent les titres de l'album et puis basta. C'est exactement ce qu'ils ont fait ici aussi : A peine 2 mots toutes les 3 ou 4 chansons, des "Thank you" qui sortent comme des "Fuck you", un style propre à Liam Gallagher mais qui n'est en soi pas très plaisant à recevoir. Tout ce qu'on m'avait dit s'est avéré, je n'ai donc pas de quoi être déçu. Quoique ...

13:56 Écrit par Gregg Leleux dans Articles, En direct, Festivals, Rock Werchter | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

The+Hives+Unbenannt1.jpgCommençons par les suédois de The Hives : une membrane d'ampli guitare pétée, un chanteur survolté, 5 lettres blanches à l'arrière de la scène, ça c'est les Hives ! Je voulais entendre leur "Walk idiot walk", j'y ai eu droit mais je me suis aussi rendu compte que tous leurs morceaux sont en fait purement et simplement identiques au niveau de la rythmique, des arrangements et des tons utilisés ... Pour simplifier : si tu aimes un morceau des Hives, tu aimeras tous leurs morceaux ! Par contre pas sûr que je pourrais à nouveau écouter une heure d'affilés ces énergumènes !

 

 

aloblaccbilliejeancover.jpgAloe Blacc maintenant ! Tout d'abord, je suis arrivé un peu à l'arrache au concert car ... ben voilà les horaires du festival sont pas top. Aloe Blacc jouait sous la Pyramid Marquee, la scène couverte de Werchter et heureusement pour lui car on a eu droit à de la pluie ! Un grand bonhomme qui, accompagné de musiciens soul de génie, nous a offert un concert où la qualité du son était presque irréprochable ! Un grand concert et un artiste à voir (ou revoir) en live dès que vous en avez l'occasion.

 

 

josh homme.JPGJosh Homme, le frontman du groupe, est un showman ! Le groupe débute son concert sur la Mainstage alors que la plaine est noire de monde et que le soleil vient de se coucher. J'avais déjà vu Homme en concert avec les Them Crooked Vultures (supergroupe qu'il avait formé avec John Paul Jones -encore lui !- et Dave Grohl). La photo ci-contre a d'ailleurs été prise lors du concert des TCV où j'étais présent. D'ailleurs, sur base qu'ils avaient déjà travaillé ensemble, j'aurais espéré que John Paul Jones rejoigne son acolyte sur scène pour un morceau ou l'autre mais ce ne fut point le cas hélas. Le concert était dans l'ensemble une bonne réussite pour le groupe. Petite anecdote : Lors de ce concert-ci, Homme a dit qu'il ne buvait plus depuis longtemps, hors lorsque je l'ai vu avec les TCV en janvier 2010, il avait quasiment siffler une bouteille de Grey Goose, la célèbre vodka. Les gens changent probablement ;)

 

linkin-park.jpgA la base, Linkin Park ne tentait pas plus que ça comme concert ... et j'avais raison ! Là où les autres groupes n'utilisent pas les écrans latéraux de la scène pour leurs cinématiques, Linkin Park s'en sont servis et par conséquent, les gens -comme moi- éloignés de la scène ne voyaient absolument plus rien ! Les écrans mélangeaient de vagues silhouettes des musiciens avec un film noir et blanc pseudo psyché pseudo émo ce qui rendait le tout plutôt décevant. Voir des gens se trémousser au très loin sur une scène n'a rien de vraiment captivant.

13:36 Écrit par Gregg Leleux dans Articles, En direct, Festivals, Rock Werchter | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |