25
aoû

[PukkelPop] One week later...

Il y a une semaine j'étais au pukkelpop dans le but de vous relater ce qui s'annonçait être le meilleur festival de l'été, tant au niveau de sa diversité que ses têtes d'affiche... Suite aux tristes événements que tout le monde connaît j'avoue ne pas trop savoir par où il fallait commencer, tout ayant déjà été dit ou presque, je me disais qu'il valait peut-être mieux oublier que raconter... 

Néanmoins après quelques jours de réflexion je pense que raconter ce que j'ai vécu de mon point de vue apportera sans doute sa pierre à l'édifice des témoignages on ne peut plus nombreux des tristes événements de jeudi passé...

C'est mercredi soir vers 22h que nous arrivons enfin à Kiewit après presque 3h de train ! Il était temps ! Nous sommes un groupe de 5 personnes dont la plupart sont des novices du pukkelpop que j'entendais bien convertir au terme de ces 3 jours de festivals ! Après une rapide réception des bracelets et contrôles de fortune à l'entrée du camping nous voila en route vers le fin fond de l'énorme camping du pukkelpop (à 22h fallait pas espérer être bien placé...) 

Les tentes, comme à l'habitude sur la plaine de Kiewit, sont montées en mode Tetris et il est enfin l'heure de l'apéro ! (mieux vaut tard que jamais !). La Boiler Room est déjà ouverte ce soir pour les impatients, mais après cette soirée de transports en commun, tout le monde est d'avis d'attendre patiemment le lendemain pour découvrir le site.

Montage-Gonflage-Apéro-Dodo ! 

Jeudi. C'est vers Midi que nous nous rendons sur le site, le soleil tape sévère, on se dit qu'on va enfin avoir l'été qu'on attendait depuis deux mois ! Au niveau des installations sur le site, ils ont encore fait fort au pukkel ! Une espèce de vieille foire accueille les festivaliers dès l'entrée avec manège, chapiteau de cirque, grande roue, petit stand de bouffe bio, ... etc.

Une autre nouvelle structure faite de containers vient décorer l'arrière de la Shelter stage (ancienne Skate stage) et propose a son bord des stands de customisation de fringue, des coiffeurs et des maquilleurs (je n’ai pas trop compris l'intérêt, mais bon... c'était drôle... et solide...)

Les lettres Pukkelpop en mode boule à facettes qui ornaient la dance hall il y a deux ans décoraient l'entrée du festival, la Boiler était parsemée de cadres en LED, la Dancehall remplie de rangée de boules à facettes et l'espace entre ses deux tentes recouvertes d'une énorme toile avec plancher, podium, etc. et bien sur le son de la boiler rediffusé à l'extérieur ! 

Tout s'annonçait bel et bien pour 3 jours épiques à griller sous le soleil et à claqué tout notre argent en ticket boisson pour ne pas fondre au soleil ! à 2,5 EUR le ticket boisson ça fait mal la canicule...

On a du voir en tout 4 concerts, la fin de Modestep qui était vraiment pas mal, ça envoyait d'la grosse dubstep a 12h30, la fête quoi ! Un peu du set de Congorock et de Canblaster, le concert de The Wombats, l'incroyable show de sexy YELLE ! (la moitié des potes m'ont glissé un « chui amoureux » pendant le concert) et pour finir le set drum & Bass d'une pêche incroyable de Netsky!

Notre programme sans fin de la journée devait commencer réellement avec Skrillex, l'ovni américain de la dubstep qu'il nous tardait à tous de voir enfin jouer...

Le problème c'est qu'en une grosse demi-heure le ciel avait viré du bleu au jaune, vert, gris, noir... un mélange pas super encourageant à voir...

La chaleur était telle qu'au lieu d'aller s'enfermer dans la Boiler on a été se poser sous l'immense toile qui se trouvait juste a coté et qui rediffusait le set de Netsky, l'ambiance était électrique déjà avant le début de la pluie et lorsque ça a commencé à tomber c'était l'euphorie générale ! La pluie tombait à verse, l'eau giclait par gerbes des bords de la toile tendue, les gens levaient les bras au ciel accueillant ce début de pluie comme le coup de fraicheur qui allait soulager un peu tout le monde de la chaleur écrasante qui régnait, les GSM commencent à se dégainer et à filmer... la partie euphorique de la situation à du durer à tout casser 2 toutes petites minutes. Après, tout va trop vite et c'est le déluge...

Le vent commence à s'engouffrer sous la toile, emportant au passage la flotte qui tombait comme par seaux entiers à l'extérieur... prendre une rafale dans le visage ce n’est pas grand-chose, mais quant au même moment vous vous retrouvez percé jusqu'à l'os, j'vous jure ça calme... Tout le monde s'est alors accroupi en masse sous l'énorme toile, pensant que ça serait toujours mieux que de finir réellement sous la flotte... L'ennui c'est que de l'eau il en tombait beaucoup trop, car on a beau dire ce qu'on veut, le pukkelpop voit tous les ans les choses en grand et le réalise de main de maitre !

Les installations sont toujours impeccables, rutilantes comme si elle servaient pour la première fois et personne n'aurait pu prévoir un truc pareil, car 36 foutus litres d'eau par mètre carré en même pas 20 minutes, en plus un vent infernal, ça provoque forcement de lourd dégât !

On était toujours accroupis sous la toile quand malheureusement on a entendu un CRACK... la structure venait de lâcher... tout le monde a détalé, pluie ou pas personne n'y pense a ce moment là, des gens courent vers la boiler et la dance hall déjà pleine à craquer, d'autres se ruent sur le bout de structure qui a lâché pour libérer les gens coincés dessous, et nous restons dehors sous la grêle et la pluie pendant environ 10 minutes se protégeant le crane avec les bras et s'enroulant à plusieurs pour éviter les grêlons et se réchauffer... ça a duré pas plus de 20 minutes...

La suite tout le monde la connait, on se rejoint tant bien que mal avant que le réseau soit saturé, constatons les dégâts, la disparition de la scène « Château », les arbres et toiles tombés comme des châteaux... de cartes, des gens se faire soigner sous la pluie, des spéculations sur d'éventuels morts ou blessés, tout a été trop vite, personne réalise vraiment si ce n'est que c'est mal barré pour la suite des événements, et que la situation est exceptionnelle pour ne pas dire tristement unique dans le pays...enfin ça on s'en rendra compte en rentrant chez soi.

Pour notre part l'état des tentes n'étant pas trop catastrophique et n'ayant pas envie de s'agglutiner à la cohue générale qui quittait le camping en masse, c'est le lendemain matin que nous sommes partis quand l'équipe du festival est venue nous dire à 9h du matin d'évacuer, car le festival est annulé.

C'est le coeur lourd que nous quittons le festival, ne réalisant pas encore très bien ce qu'on a vécu, mais ne pouvant s'empêcher de repenser aux images de la veille qui restent en tête et aussi surtout a ceux qui ont eu moins de chance que nous...

Je rappelle à tout le monde qu'un groupe nommé "Pukkelpop - Pay your Respect" a été créé sur Facebook afin de rendre hommage aux victimes de ce funeste épisode du pukkelpop 2011. 

http://www.facebook.com/PayYouRespects

Quoi qu'il en soit, si le festival perdure, nous y serons l'année prochaine, pour conjurer le sort, pour prouver que c'est un bon festival et pour rendre hommage aux victimes disparues ce jeudi 18 aout...

17:00 Écrit par flaviano Mucedda dans Articles, Festivals, Pukkelpop | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.