17
jui

Dour – Day 3

dour,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,rousselHier, pour son troisième jour, le festival de Dour ce sera transformé en véritable marais en l’espace d’une après-midi. Des cordes tombent du ciel dans une sorte d’apocalypse reléguant le moral des festivaliers au plus bas. On glisse sur la boue de droite à gauche emmitouflé dans un sac plastique gentiment donné par certains sponsors. Les mines se fatiguent face à la météo, les vêtements s’alourdissent et la Last Arena, seule scène à ne pas être couverte, se retrouve rapidement vidée de son public. La boue est désormais présente sur tout le Site de La Machine à Feu et l’on navigue entre les scènes sans réelle autre motivation que celle de s’abriter au plus vite. On aura pourtant pu écouter une très bonne prestation de Fool’s Gold qui ensoleillera quelque peu La Petite Maison Dans La Prairie de ses rythmes africains enjoués et de son énergie contagieuse, emmenant le public dans une douce euphorie. Le groupe californien aura défendu au mieux son premier album tout en laissant dévoiler quelques nouveaux titres. Une afro-pop rehaussée d’un saxophone à point et d’un son très Vampire Weekend que l’on gardera en tête une partie de la soirée.

On se retrouvera ensuite dans une Club Circuit Marquee jonchée d’immenses flaques  pour une prestation de Saul Williams beaucoup plus rock qu’à l’accoutumée lorgnant plus du coté de Tv On The Radio que du slam auquel il nous avait accoutumé il y a quelques années.

On naviguera ensuite entre la prestation d’Horace Andy qui réchauffera nos cœurs et celle d’IAMX terriblement pataude. On écourtera finalement notre soirée après le concert de Suede sur la Last Arena, qui nous offrira un joli spectacle tout en passion sans arriver pourtant à totalement nous convaincre. Suede a, sans doute, fait son temps et, outre la nostalgie d’entendre leurs quelques titres forts, le groupe semble définitivement d’une autre époque.

dour,aaron,tokyo,ska,paradise,public,enemy,gaetan,roussel


Nos corps humides nous ordonnent de rentrer au camping. On quittera donc les lieux avec une certaine amertume, celle de ne pas avoir pu profiter totalement de cette journée au programme pourtant alléchant. Demain sera sans doute meilleur puisque les excellents Metronomy nous égailleront de leur présence et, cette fois, peu importe le temps, ce sera l’English Riviera sur Dour Festival.

21:02 Écrit par Julien Gaspart dans Articles, Dour, En direct, Festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.