14
jui

Hip Hop is dead ? NoOoOooOope !

Method Man & Redman à Couleur Café, OFWGKTA (Odd Future Wolf Gang Kill Them All) à Rock Werchter et Wu-Tang Clan aux Ardentes. La cuvée 2011 en matière de concerts hip hop se présente comme un bon millésime. Sachant que Cypress Hill, House of Pain, Ice Cube, Public Enemy sont à l’affiche de Dour, et qu’Eminem est programmé au Pukkelpop le 19 août, le meilleur reste peut-être à venir mes amis.

Bien sûr, une belle brochette de rappeurs ne rime pas forcément avec des concerts de haute facture. J’en ai fait l’amère expérience à plusieurs reprises. Un concert hip hop, c’est tout ou rien. Soit l’artiste est motivé et se défonce pour son public, soit il n’en a rien à foutre et, après un petit détour par la Hollande, il se pointe sur scène dans un état second pour une prestation de 30 minutes. Bon, bien sûr, je grossis le trait, mais c’est pour vous donner une idée.

wutang.jpg

Cette année, grâce au Generation Festivals Tour, j’ai la chance d’assister aux plus grands festivals de l’été (et oui, y’a pire comme boulot je sais !). Une excellente opportunité pour me réconcilier avec les concerts hip hop.

Commençons avec le dernier en date, à savoir Wu-Tang Clan aux Ardentes à Liège. Le collectif de Staten Island, véritable icône du rap, a marqué les années 90 avec des albums références comme Enter the Wu-Tang (36 Chambers), Wu-Tang Forever, ou encore The W. Première interrogation : qui de Method Man, RZA, Raekwon, Ghostface, GZA ou autre U-God, aura fait le déplacement jusqu’à la Cité Ardente. Seconde : comme tout groupe de rap qui se respecte, ils vont faire attendre le public, reste à savoir combien de temps. Troisième : dans quel état nos amis vont-ils arriver sur scène, sachant que Maastricht se trouve à seulement 20 minutes.

Ils ont fait le taf !

21h40 à l’Open Air, le public est au rendez-vous. 5, 10, 20, 30 minutes plus tard, le temps de quelques Wu-Tang, Wu-Tang repris en choeur par le public, nos amis débarquent sur scène. Method Man en chef de file, Ghosface Killah, U-God, Masta Killa et Gza, le Wu est presque au complet et je pousse un ‘ouf’ de soulagement, même si j’aurais bien voulu voir Raekwon et RZA, deux valeurs sûres. Le début est chaud avec une bonne ambiance. Le public tente de suivre le rythme malgré le léger chaos qui règne et malgré l'écart de la langue (nos amis ricains ont tendance à oublier que tout le monde ne maitrise pas l'anglais). Les classiques s’enchainent à un rythme élevé : C.R.E.A.M, Triump, Reunited, Wu-Tang Clan Ain'T Nuthing Ta Fuck Wit,… Certains membres du Wu sont en forme à l’image de Method et Ghostface qui se défoncent sur scène.

Wu-Tang Clan : Method Man & Ghostface Killah

Hommage est rendu à ODB avec Shimmy Shimmy Ya et Got Your Money. Ce qui a le don de réveiller la foule, quelque peu endormie suite à de trop longs temps mort entre certains titres.

Au final, nos amis new-yorkais nous ont offert un show d’une heure avec de l’intensité, de l’énergie et un peu de chaos. Bref, ils ont fait le taf comme on dit ! Il aura juste manqué quelque chose pour mettre encore plus le feu.

Wu-Tang Clan - Method Man

 Odd Future, nouveau Big bang rap

Autre concert hip hop auquel j’ai pu assister, le concert du groupe OFWGKTA (pour Odd Future Golf Wang Kill Them All) à Werchter le 30 juin. Considéré comme le digne successeur du Wu-Tang Clan, Odd Future nous vient tout droit de la banlieue paumée de Los Angeles et se compose de 10 rappeurs, la plupart pas encore majeurs. Leur délire, c’est la provoc’ à tout-va, des beats bien lourds, des flows blasés et lents, avec un message volontairement violent. Adorés des ado, haïs par les parents, ils sont aussi drôles, créatifs, innovants, ultra-indépendants et ont déjà mis en ligne gratuitement une douzaine d’albums auto-produits sans compter leurs nombreuses vidéos qui innondent le net.

Nos amis californiens avaient la lourde tâche d’ouvrir cette 37ème édition de Rock Werchter. La tradition est respectée, ils se font attendre un bon quart d’heure malgré un set de 50 minutes. Pour nous faire attendre, leur DJ'ette (Syd Tha Kyd), une jeune fille qui a l’air d’avoir 13 ans, balance des sons. Les voilà qu’ils débarquent enfin : 5 MC’s et une DJ, le dispositif est plutôt cheap. La scène semble trop grande pour eux mais qu’importe. Hodgy Beats est le plus actif sur scène, il balance ses rimes avec punch dans un imper digne du lieutenant Columbo.

Tylor The Creator

Quelques minutes plus tard, Tyler The Creator, le leader du crew, fait son entrée….en chaise roulante avec un plâtre et une jolie cagoule rose lignée sur le visage. Mis à part quelques bras levés et de jeunes fans du groupe surexcités, le public reste sceptique. On sent une sorte d’incompréhension. L’ambiance ne décolle pas vraiment malgré la débauche d’énergie et les Kill people, Burn Shit, Fuck The Police ! Le groupe californien se paye même le luxe de quitter la scène 10 minutes avant la fin.

Leur prestation en elle-même n’était pas mauvaise mais était-il judicieux de programmer OFWGKTA sur la Main Stage en ouverture. Vu la réaction du public, aucun doute, NON. La plaine de Werchter était clairement trop vaste pour ce jeune groupe. Sur la Marquee, l’ambiance aurait été différente. À revoir donc !

Explosion & sabotage à Couleur Café

Le 1er concert hip hop de cette longue série s'est déroulé le vendredi 24 juin à Couleur Café avec deux légendes : Method Man & Redman. Après une assiette bien garnie gracieusement offerte par mon ami/traiteur Kamilou, un mojito et l'excellent concert de Janelle Monae, me voilà prêt à subir la fougue de nos deux ricains.

La tente Univers est pleine à craquer. Les gens se frottent, se bousculent, crient, et commencent à bouger sur les sons que nous balancent le dj qui connait ses classiques : de Mobb Deep à Tupac, en passant par Lost Boys et Cypress Hill, à mesure que les tubes s’enchainent, la température augmente. 10, 20, 30 minutes, nos deux amis se font attendre (la tradition je vous dis !). Ils sont peut-être coincés dans un Coffee-shop au pays du Gouda. Ça ne serait pas la première fois.

BELGA-PICTURE-27854784.jpg

Finalement, ils débarquent sur scène, en furie, capuchon collée au crâne pour Redman, training old school rouge pour Method. Le public est chaud, bouillant même. Wassup Brussels, la communion avec les festivaliers se passe à merveille. Ils veulent des Yeaaaahh et Héhoooo, le public belge leur en donne à foison. Les deux artistes sont visiblement surpris de cet accueil. Sur scène, ils s’éclatent, ça se voit, Redman dandine comme un fou, Method fait des allers-retours vers les spectateurs. Nos deux ricains sont aux anges.

Côté musique, on plonge dans les années 90, avec des titres du Wu-Tang (dont fait partie Method) et les meilleurs morceaux de notre duo magique. Le choix est vaste et de qualité : On a aussi droit à un duel de dj’s qui verra un des deux mixer avec ses pieds ! La fin est à l’image du show, explosif ! En interprétant Blackout et Da Rockwilder, le public devient dingue !

Loin d'être rassasié, la foule en redemande. Mais visiblement les organisateurs ne l’entendent pas de cette oreille. Alors que Method et Redman sont sur le point de revenir, le son des baffles baisse soudainement. S’ensuit un étrange manège durant lequel les dj’s et les rappeurs se regardent, puis ils décident de tout stopper. Apparement, ils ne peuvent plus continuer. Sabotage ? On dirait bien, même si les 30 minutes de retard ont sans doute joué un rôle. Mais bon, pour remercier le public, Method Man saute dans la foule et se laisse porter par des spectateurs. S’ensuit une grosse salve d’applaudissements. Tout simplement mémorable !


15:22 Écrit par Martin Rotsaert dans Articles, Couleur Café, Festivals, Les Ardentes, Rock Werchter | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |

Commentaires

Excellente lecture, merci enormément ! ! !

Écrit par : pari sportif | 27/05/2014

Répondre à ce commentaire

Avoir un blogue souvent à jour est très indispensable pour garder le contact avec ces internautes, tout à l'instar des commentaires c'est pour ça que on vous laisse ce commentaire pour vous encourager.

Écrit par : cote et pronostic france honduras | 12/06/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.